STREET-LIFE

STREET LIFE

Pendant les trente et une dernières années de sa vie Joseph Mitchell – auteur et chroniqueur New Yorkais majeur du20è siècle – n’a plus proposé aucun texte à son journal tout en continuant à s’y rendre quotidiennement. Les témoins se souviennent du son de la machine à écrire derrièrela cloison de son bureau. Il est impossible de savoir avec  certitude s’il considérait individuellement terminés chacun des récits qu’il a laissés mais ils forment un ensemble qui lui ne l’est pas. Les deux récits qui composent Street Life constituent chacun à leur façon un chapitre interrompu de l’autobiographie dont il avait plusieurs fois, dans sa correspondance ou son oeuvre antérieure, établi le projet.
Avec Street Life, il est parvenu en un froissement de pages à fouiller la ville puis l’enfance et la nature de manière si fulgurante qu’il nous laisse en proie à une troublantesensation d’exhaustivité. La trame distincte des blocks de New York est une forêt compacte et les fûts immenses des cyprès chauves s’enracinent dans l’eau. Dressés les uns à la parallèle des autres ils ouvrent sur un précipice. Mitchell a circonscrit ses récits de l’intérieur, et même si les mémoires n’y étaient pas contenues, la mémoire si, comme une substance.
Après l’avoir traduit François Tizon met en scène et interprète Street Life.

 

Sélectionnez le nombre de billets que vous souhaitez pour chaque tarif, puis une date et une heure.