JUSTE-LA-FIN

JUSTE LA FIN DU MONDE

En famille, on ne peut pas se dire. C’est d’abord cela que la langue de Lagarce saisit merveilleusement.

La névrose familiale, les histoires qu’on se raconte, les couches de passé composé, présent, futur antérieur et plus que parfait sont telles, qu’elles semblent empêcher le verbe.

Louis nous regarde nous installer dans la salle, il a l’oeil malicieux. Derrière lui, deux fauteuils jumeaux, le néon de la cuisine, le ronron des cafetières, la baignoire et l’infini couloir.La Mère, Antoine, Catherine et Suzanne attendent dans l’espace morcelé du souvenir.Quelques notes de Bach et Louis nous emmène dans le théâtre de la maison familiale.

Félicité Chaton a précédemment monté Tarkos, Büchner et Handke. Avec Juste la fi n du monde, elle poursuit son exploration des langages fleuves, logorrhées et autres machines verbales.

Sélectionnez le nombre de billets que vous souhaitez pour chaque tarif, puis une date et une heure.